Témoignage : l'incroyable expérience de Maxime à Londres

Maxime Bourdigal est actuellement en première année dans une école d'hôtellerie et de management à Bruxelles. Tout juste âgé de 20 ans, il est originaire de Saint-Malo en Bretagne et a récemment fait ses premiers pas dans le mannequinat suite à son séjour linguistique à Londres avec Kaplan. Maxime revient sur les 7 mois de son séjour à l'étranger mais également sur son expérience improbable sur les podiums de l'une des plus grandes capitales de la mode !

Comment as-tu découvert Kaplan ?
J'ai découvert Kaplan grâce à une amie qui étudiait à Kaplan Los Angeles.

Qu'est-ce qui t'a motivé à apprendre l'anglais ?
Je ne savais pas vraiment quoi faire après avoir obtenu mon Bac ES. Du coup, au lieu de me lancer dans des études qui n'allaient pas me plaire, j'ai préféré prendre un an pour apprendre l'anglais et y réfléchir. Pour apprendre l'anglais, il faut partir dans un pays anglophone car c'est la pratique quotidienne qui fait que les progrès sont rapides et efficaces.

Considères-tu que cet investissement aura été bénéfique ?
Oui clairement, c'était un très bon investissement. Cela m'a permis de rentrer dans mon école d'hôtellerie et de management où tout les cours sont en anglais et puis ça m'a permis de faire du mannequinat. En ce qui concerne Kaplan, les cours étaient super, les professeurs aussi et l'ambiance à l'école était vraiment bonne.

Peux-tu nous raconter tes premiers pas dans le mannequinat ?
J'ai été repéré 3 fois dans les rues de Londres par des agences différentes avec lesquelles ça n'a pas toujours été plus loin jusqu'au jour où j'ai décidé de me présenter chez l'agence Elite. J'ai fait un shooting avec eux où le photographe m'a demandé de porter des vêtements de George Styler, un de ses amis designers.

Puis après, je suis rentré en France pour l'été et c'est début septembre que George Styler m'a contacté lui-même par Facebook en me disant qu'il appréciait beaucoup les photos. C'est ce jour là qu'il m'a proposé de défiler pour lui lors de la Fashion Week de Londres puis lors de la Fashion Week de Belgrade (Serbie) en octobre.

Considères-tu que l’apprentissage de l’anglais t’a permis de saisir cette opportunité et de mener à bien ce projet ?
Sans l'apprentissage de l'anglais, je n'aurais jamais pu le faire. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai attendu la fin de l'année pour être plus à l'aise en anglais avant de pouvoir me présenter dans une agence. Ça m'a aidé pour tout, notamment pour parler avec George Styler, aux autres mannequins, aux maquilleuses... Et surtout pour l'entretien avec Elite.

Pourrais-tu nous parler de tes projets ?
Je devrais signer un contrat avec une des plus grosse agence de mannequinat à Bruxelles dans quelques jours. Sinon, il me reste encore 4 ans d'études à Bruxelles (qui comprennent des stages de 4 à 6 mois tous les ans dans le monde entier). Et encore une fois, sans l'anglais, je n'en serais pas là.

Un grand merci à Maxime pour son témoignage ! Nous lui souhaitons une excellente continuation à la fois dans ses études et ses projets professionnels !

Teilen